retour page d'accueil

Le bananier plantain, victime en Guyane d'un ravageur rarement évoqué : la chenille de Telchin licus


1° constat du dégât à l'intérieur du bananier


Lors d'une visite sanitaire de bananeraie (variété plantain), le planteur a attiré notre attention sur un cas de dépérissement pour lequel il nous a dit soupçonner l'intervention d'une chenille. La section verticale du stipe a révélé en effet d'importantes galeries creusées à l'intérieur de l'organe et, à l'issue de plusieurs coupes, est devenue visible une grosse chenille blanche, responsable du dégât. Apparemment cette chenille était seule à avoir foré les galeries.



2° examen de la chenille

Cette chenille mesure environ 5cm sur 1,5 de large. Nous avons bien fait remarquer que cet individu est bien une chenille, équipée qu'elle est de 4 paires de fausses pattes sur son abdomen. Ce "ver" ne peut être une larve du redoutable charançon Cosmopolites sordidus



3° absence de cette chenille dans les listes des ravageurs du bananier

Après avoir consulté plusieurs listes des ravageurs du bananier, dont "le bananier et sa culture" par A.LASSOUDIERE et le site PlantVillage 2.01! chapitre "Parasites et maladies courants", nous avons dû constater que les seuls "vers" cités étaient les larves du charançon et le nématode Radopholus similis.

4° citation chez les collectionneurs de papillon


Intrigué par la ressemblance avec une chenille déjà observée il y a quelques années à l'intérieur des stipes de cocotier et que nous avions rapportée à Castnia daedalus à l'issue d'un élevage à partir de chrysalide. La lecture inopinée du site de M.André Bon consacré à des observations entomologiques en Guyane, ces cernières années, m'a montré une analogie entre deux papillons Castnia daedelus et Telchin licus. Une notice sommaire affirme que ce dernier lépidoptère adopte pour plante hôte la canne à sucre le bananier plantain et les Héliconia. Il a même été nommé "banana stem borer". l'INRA

Des individus de ce papillon ont été observé en Guyane en septembre et en novembre.
A titre de comparaison, l'image de notre Castnia daedalus ravageur du cocotier laisse apparaître une simple différence pour Telchin sous forme d'une large bande blanche en bas de l'aile postérieure, visible lorsque le papillon est posé sur un support.

Les images sont visibles sur les sites :
papillon-poitou-charentes
site de M.André BON



En conclusion, il est heureux que les collectionneurs se soient préoccupés du cycle de leurs papillons et aient publié ; nous avons pu ainsi rejoindre depuis leurs études fondamentales (cycle), des études appliquées à la protection des plantes cultivées. A noter quelques divergences des lépidoptéristes sur les dimensions du papillon et de la chenille de Telchin licus La prospection des Telchin serait à envisager afin d'évaluer le risque pour les bananeraies.

retour en haut de la page
Kourou , le 9 août 2015