retour page d'accueil



     Un bon exemple de rusticité

     
     

Un vigna sp. a fait intrusion dans notre jardin, une graine solitaire, tombée du ciel, introduite peut-être par une déjection d'oiseau ou de chauve-souris. La plante a cru sans soin aucun selon une exhubérance significative. La différenciation de fleurs a été longue et ne s'est manifestée qu'au 4ème mois. Alors sont apparus les caractères des sesquipetalis, inflorescence dressée portant uniquement deux fleurs (une par défaut). Les fruits sont des gousses, sensiblement rectilignes, pendantes, garnies de 15 à 22 graines, réniformes, brun-violacé à noires, non brillantes. Sur cette Phaseolinée, particulièrement rustique, nous avons assisté successivement à trois attaques parasitaires et ravages: une attaque d'oïdium, un ravage de chenilles et des dégâts de broutage par iguane (reptile).

>

L'oïdium se manifeste surtout sur les feuilles, à la face supérieure des folioles par de très nombreuses taches hyalines, arrondies au départ, constituées des hyphes et des fructifications du champignon. Ce sont des conidies oblongues, hyalines, typiques des Erysiphacées, portées par des conidiophores courts (analogues à celles du type polygoni ). Les jeunes feuilles sont indemnes de ce parasite, dont les effets pathogènes semblent tout à fait discrets.





Nous avons tôt fait de relier de grandes rongures marginales de feuilles, irréguières, de 1 à 2 cm, à l'enroulement latéral de certains folioles. Les responsables de tels ravages se sont révélés comme des chenilles de taille moyenne (2 à 3 cm), tête brun-rouge et corps verdâtre à jaunâtre. L'élevage de ces larves nous a fourni des papillons diurnes, dont nous laissons la détermination à la science de l'un de nos lecteurs.








>

Nous avons fini par surprendre les responsables des broutages totaux dont était victime notre généreuse Vigna par trois splendides iguanes, deux femelles et un mâle. Auparavant, la disparition totale des hampes foliaires de toutes les oseilles de Guinée (Hibiscus sabdariffa) , sur une planche voisine, nous avait laissé imaginer l'intervention de ces reptiles. Cette fois la totalité des feuilles est broutée, seul ne subsiste que le pétiole. Malgré les repas plusieurs fois répétés au cours du temps, dont il a été victime, notre Vigna poursuit imperturbablement sa croissance.

Kourou, ce 26 mars 2009 retour page d'accueil